Tag Archives: résilience

La richesse est ailleurs, BD augmentée

5 Mai

OWNI, média internet, a publié avec Zoupic une BD augmentée (dessins de Loco), entendez une BD consultable sur internet.

Cette BD parle – rapidement – de la création monétaire, en termes assez polémique (mais ça fait du bien parfois !). Puis elle enchaîne avec le témoignage des personnages sur une monnaie locale – avec la mise en exergue de l’effet de solidarité et de de résilience que ce type de système permet.

Sur la page de présentation de la BD, il y a de plus une interview de Philippe Derudder, particulièrement actif dans la création des monnaies locales.

Une bonne BD pour se mettre en appétit, ou pour sensibiliser.

La résilience dans un éco-système monétaire

11 Mar

La résilience est une notion importante à appréhender dans le contexte des monnaies complémentaires. J’ai découvert ce mot d’abord chez Boris Cyrulnik, bien sûr, pour sa composante psychologique, mais je le limitais à ce domaine.

Et voilà qu’en lisant les articles écrits par Bernard Lietaer, je vois resurgir ce concept dans un tout autre environnement.

Il se trouve que Bernard parle souvent de la résilience, dans le contexte économique et monétaire. C’est en quelque sorte la capacité d’un système économique et monétaire d’absorber les chocs. Il fait le parallèle avec une recherche menée par des américains : ceux-ci ont en effet mis en évidence que dans un écosystème naturel, la résilience était directement corrélée avec la complexité du système. Un système complexe se retrouve ainsi plus résilient, mais moins efficace qu’un système simple. Pour faire court (je vous renvoie sur les écrits de Bernard Lietaer et sur l’étude américaine en question), une forêt tropicale attaquée par un parasite absorbera le choc facilement. Une monoculture, comme un champ de maïs, a par contre plus de chance d’être décimée par la même attaque. Certes, le champs de maïs est plus « efficace », mais la forêt tropicale est plus résiliente.

Et Bernard Lietaer fait le parallèle avec un système monétaire. La monnaie unique dans un pays, c’est très efficace et extrêmement pratique, pas de doute là-dessus. Par contre, le moindre choc monétaire se fait ressentir durement (je ne vous fais pas de dessin). Un écosystème monétaire avec plusieurs monnaies (par exemple une monnaie nationale, une monnaie régionale, une monnaie de quartier, des monnaies sur internet, etc.), c’est certes beaucoup moins pratique, mais pour le coup, un choc sur une des monnaies a moins de chance d’affecter les autres, et donc d’affecter les utilisateurs…

Le graphique ci dessous illustre ce propos. On y voit d’une part qu’il y a une opposition entre résilience et efficacité, et d’autre part que pour être vraiment durable, un système doit se situer dans une fenêtre optimale où il est un peu plus résilient qu’efficace.

Et voilà la même chose expliquée par Bernard Lietaer, en 2009 :

Personnellement, quand j’y songe, cela me fait penser à beaucoup de tendances qu’on voit émerger en ce moment, comme la simplicité volontaire, le slow food (et autres slow xxx), qui sont souvent un refus d’une efficacité exacerbée. Il ne s’agit en général pas d’être contre l’efficacité, mais c’est plutôt un choix personnel de vie, d’attitude, pour des personnes qui s’aperçoivent que l’efficacité à outrance n’amène finalement rien de bien.

PS : Merci à Yves pour de m’avoir « audacieusement » envoyer cette vidéo.

%d blogueurs aiment cette page :